Le jeu du chimpanzé et de la banane pour le Réflexe Tonique Asymétrique du Cou

Ce jeu est généralement proposé après intégration du RTAC. Malgré son extrême simplicité, il est délicat à réaliser correctement, car il vous oblige à porter votre attention sur plusieurs choses en même temps : la banane (le sac de grains dans votre main), la liane (le côté opposé de la main qui tient le sac de grains, et qui va s'appuyer contre une porte, ou un mur) et votre centrage. Mais il est tellement efficace, qu'il est dommage ne pas y consacrer au moins 1 heure et 24 minutes, réparties sur 28 jours d'une vie...

Rappelez vous ! Si vous êtes fasciné(e) par la banane, vous oubliez que vous vous tenez à une liane et vous tombez. Si vous paniquez de ne pas rester accroché(e) à votre liane, ou si vous vous laissez distraire par autre chose, vous n'attrapez jamais la banane.

Ceci introduit un élément très important, votre centrage. Lorsque certains réflexes ne sont pas intégrés, l'axe central n'existe pas de manière permanente et immuable. Avec le RTAC imparfaitement intégré, vous vous êtes développé(e) en considérant que le centre, c'est ce qui est devant vous, là ou quelque chose se passe, là où vous tournez la tête, là où vos yeux regardent, du côté où l'oreille entend une voix qui vous parle, tout en une seule et même chose. Si vos yeux regardent ailleurs, le centre se déplace avec eux. Si on vous parle, vous êtes obligé(e) de tourner la tête. Si vous tournez la tête d'un côté, vos épaules et vos hanches se tournent dans le même sens. Les deux hémisphères de votre cerveau ont du mal à faire chacun leur travail, tout en se passant les informations.

Etre parfaitement aligné doit donc devenir une habitude, une sensation permanente, naturelle, à laquelle vous n'aurez pas plus à réfléchir. La construction de cet axe vertical commence par votre colonne vertébrale, qui relie votre tête et votre bassin. Dans le cas du RTAC, c'est cet axe qui délimite précisément ce qui est à droite, ce qui est à gauche et le moment exact où l'on passe d'un côté à l'autre. Il va falloir le mentaliser de sorte que vous puissiez tourner autour, passer d'un côté à l'autre, ou faire une chose d'un côté et une autre chose de l'autre, de manière naturelle et fluide. C'est quand même mieux quand les règles de grammaire ou d'orthographe, les opérations à retenues, les équations, la géométrie, les cartes de géographie, le découpage de la viande dans son assiette, la conduite d'un véhicule, l'accrochage de rideaux, le montage de meubles en kit, ou une partie de ping-pong, ne ressemblent plus à une prise de risque, ou à une sorte de rubicube qui donne mal à la tête et ailleurs...

Pour ce jeu, les points très importants sont donc :

  1. Au démarrage, bien aligner les pieds en parallèle et perpendiculaires à la porte (ou au mur), la tête qui regarde droit devant vous, la main qui tient le sac de grains en face de votre nez. Prendre le temps de sentir vos deux pieds, vos deux talons, vos deux mollets, vos deux fesses et tout votre dos, qui sont calés contre la porte (ou le mur). Ce moment est très important pour votre centrage. Ne pas avoir la tête tournée vers un côté, même légèrement. Ne pas avoir le bras tendu aligné avec votre épaule.
  2. Reporter le poids du corps et sentir le talon, le mollet, la fesse et l'épaule calés contre la porte (ou le mur), du côté opposé à la main qui tient le sac de grains. Ne pas réfléchir droite-gauche, mais sentir le sac dans une main, donc l'autre côté qui va se caler. Ne pas démarrer le mouvement sans avoir pris le temps de bien sentir tout le côté du corps qui est calé. Votre tête doit se retrouver alignée avec le pied sur lequel vous êtes appuyé(e), la main toujours en face de votre nez. Si l'épaule et la fesse du côté où vous tenez le sac de grain ne touchent pas la porte (ou le mur), ça n'est pas grave. Ce qui est important, c'est de ne pas vous retrouver en déséquilibre ou dans une position courbée sur le côté. Restez droit(e) et centré(e) !
  3. Démarrer lentement le mouvement de la main et du bras vers l'extérieur. Suivre votre main avec la tête comme si une baguette rigide reliait votre main et votre nez. Ne pas tourner la tête, puis la main, ou suivre la main avec les yeux d'abord et avec la tête ensuite.
  4. Sentir le talon, le mollet, la fesse et l'épaule calés contre la porte (ou le mur), tout au long du mouvement vers l'extérieur de la main (et du bras) qui tient le sac de grains. Triturer le sac de grain pendant tout le mouvement. Ne pas étendre le bras plus loin que votre tête ne peut tourner. Ne rien regarder d'autre que le sac de grains. Centré(e) et concentré(e) !
  5. Ramener la main et le bras vers l'intérieur, toujours lentement, en triturant le sac de grains et en sentant en même temps tout votre côté opposé bien calé contre la porte (ou le mur). S'arrêter en face du nez. Ne pas s'arrêter face à l'épaule.
  6. Lâcher la porte (ou le mur), pour revenir immédiatement sur vos deux pieds. Votre main doit rester en face de votre nez et se retrouver maintenant exactement à l'aplomb entre vos deux pieds. Prendre le temps de sentir les deux talons, les mollets, les fesses, tout le dos, contre la porte (ou le mur), tout en triturant le sac de grains et en le regardant.
  7. Placer l'autre main exactement sous celle qui tient le sac de grains, à une bonne distance, en face de votre estomac ou de votre nombril. Lâcher le sac de grain, le regarder tomber et le sentir atterrir dans votre autre main. Prendre le temps de le sentir. Ne pas mettre l'autre main en bas, au niveau de l'épaule, ou jeter le sac de grains en biais d'une main vers l'autre. Ne pas regarder sur le côté ou ailleurs, même si vous en ressentez le besoin.
  8. Ramener la main qui tient le sac de grains en face du nez. Prendre le temps de vous sentir centré(e), les deux pieds, les deux talons, les deux mollets, les deux fesses, tout le dos contre le mur (ou la porte), tout en triturant le sac de grains et en le regardant. Reporter le poids du corps sur la jambe opposée à la main qui tient le sac de grains, etc...

Après deux semaines de ce jeu, à raison de 3 minutes minimum par jour, vous pouvez passer au jeu suivant, qui va utiliser l'axe vertical que vous avez probablement construit.

Vous n'avez normalement plus besoin d'une porte ou d'un mur pour vous repérer. Vous pouvez également rester en appui sur vos deux pieds pendant les mouvements. Demandez à quelqu'un de vous observer.

  1. Au démarrage, bien aligner les pieds en parallèle et perpendiculaires à une porte imaginaire située dans votre dos, la tête qui regarde droit devant vous, la main qui tient le sac de grains en face de votre nez, bien à l'aplomb entre vos deux pieds. Prendre le temps de sentir vos deux pieds tout en triturant le sac de grains.
  2. Réaliser le premier exercice sans la porte et en appui sur vos deux pieds, sans déplacer le poids de votre corps. Effectuer au moins deux mouvements (vers la droite, vers la gauche, vers la droite à nouveau, vers la gauche à nouveau). Si la personne qui vous observe note au départ que vous avez la tête tournée (même légèrement) vers l'une de vos épaules, ou que vous tenez le sac de grains décalé vers l'une de vos épaules, ou que lors des mouvements vous tournez les épaules ou les hanches dans le sens du sac de grains, ou que vos yeux suivent le sac de grain avant que votre tête tourne, ou que votre main va plus loin que votre tête peut tourner, ou que vous arrêtez le mouvement retour la main décalée vers une de vos épaules, ou que votre main libre ne se place pas exactement sous celle qui tient le sac de grains (c'est plutôt la main qui tient le sac de grains qui vient se placer au dessus de la main libre), ou que vous jetez le sac en biais d'une main vers l'autre, c'est que vous n'avez pas correctement réalisé le premier exercice. Il vous faut le reprendre en vous faisant corriger par la personne qui vous observe et en étant plus attentif aux sensations importantes. La loi de la gravité est dure, mais c'est la loi... Sinon, vous pouvez passer à l'étape suivante.
  3. Démarrer lentement le mouvement de la main et du bras vers un côté, tandis que vous tournez en même temps la tête de l'autre côté. La main ne doit pas aller plus vite que la tête, ou la tête plus vite que la main. Les yeux regardent droit devant. La main triture le sac de grains.
  4. Lorsque la tête et la main sont arrivées à l'opposé l'une de l'autre, ramener la main vers l'intérieur, mais la tête reste où elle est, le regard droit devant. Ne cherchez pas à regarder le sac de grains, même si vous en avez très envie.
  5. Lorsque vous sentez que votre main est arrivée au centre, bien à l'aplomb entre vos deux pieds, vous pouvez vérifier qu'elle est bien exactement au centre, dans l'axe vertical de votre corps. Si elle est décalée, même légèrement vers l'une de vos deux épaules, c'est que vous n'avez pas porté suffisamment d'attention à votre centrage lors du premier exercice. Il vous faut le reprendre.
  6. Sinon, placer l'autre main exactement sous celle qui tient le sac de grains, à une bonne distance, en face de votre estomac ou de votre nombril. Lâcher le sac de grain, le regarder tomber et le sentir atterrir dans votre autre main. Prendre le temps de le sentir, tout en sentant vos deux pieds. Puis effectuer le mouvement dans l'autre sens, la main partant vers l'extérieur et la tête se tournant dans le sens opposé.