Debout depuis 3,3 millions d'années !

Australopithecus afarensis, dont le représentant le plus connu est Lucy, est le premier animal qui se soit tenu debout, voila 3,3 millions d'années de cela.

La raison pour laquelle c'est arrivé reste encore un mystère. Hasard d'une mutation génétique ? Pression de l'environnement qui l'a obligé à s'adapter ?

Et si la bipédie n'était qu'un des caractères apparus avec le genre humain ?

Une équipe de paléontologues vient d'analyser l'exemplaire rare d'une colonne vertébrale fossilisée très complète, ayant appartenue à un australopithecus afarensis âgé de 2 ans et demi.

Elle fait apparaître une différence fondamentale avec le singe : 12 vertèbres costales au lieu de 13 et une vertèbre lombaire supplémentaire. Cette transition d'une seule vertèbre permet d'assurer qu'il pouvait étendre le bassin pour se tenir debout. Mais ça n'est pas la seule évolution. Le fémur et le pied diffèrent également du singe.

Dans le même temps, apparaissent les premiers outils sophistiqués. Ce ne sont pas des outils fabriqués occasionnellement. Ils sont trouvés sur des sites comprenant des centaines d'exemplaires. Cela signifie que la bipédie n'a pas uniquement libéré la main, mais également d'autres fonctions de planification de l'action et de communication. En effet, le choix des matériaux et leur confection, nécessitent un savoir faire relativement précis qui devait probablement faire l'objet d'une forme d'enseignement.

Il peut paraître étonnant de constater que la bipédie et le développement des capacités cognitives soient allées de paire. Mais cette corrélation va tout à fait dans le sens des propos de Matts Niklasson, spécialiste Suédois des Réflexes Archaïques : "Le fait de surmonter la gravité est important pour atteindre des niveaux cognitifs supérieurs... Quand je constate la réaction de réflexes, j'examine aussi le niveau de maturation du système nerveux... Lorsque j'aide le patient à intégrer ses réflexes, je l'aide à devenir un Homme plus intégré, mieux préparé à faire face aux problèmes de la vie... [Car] nous pouvons nous attendre à ce qu'un genre humain surchargé de connaissances pures et dénué de la capacité d'expérience [corporelle], ne puisse prévaloir dans la sélection naturelle."

Références :

"Thoracic vertebral count and thoracolumbar transition in Australopithecus afarensis", Carol V. WARD & al., PNAS, 6 Juin 2017, 114, 23, 6000-6004.

"3.3-million-year-old stone tools from Lomekwi 3, West Turkana, Kenya", Sonia HARMAND & al., Nature, 21 mai 2015, 521, 310-315.

"Adding meaning to life", Matts NIKLASSON, 5ème Conférence Européenne sur le Retard Neuro-Développemental chez les Enfants avec Difficultés d'Apprentissage Spécifiques, Mars 1993, Chester, Royaume Uni.