Tests rapides pour les occlusodontistes (dentistes et orthodontistes)

En plus du Tonique Asymétrique du Cou, du Tonique Labyrinthique et du Redressement de la Tête (cf. l'article du 18/02/2018), les réflexes qui vous concernent sont les suivants :

  • Le Réflexe de Retrait (ou Réflexe de Paralysie par la Peur)
  • Le Réflexe de Fouissement
  • Le Réflexe de Succion
  • Le Palmo-Mentonnier de Babkin

Pour les personnes dont le Réflexe de Retrait est hyperactif, le contact est difficile ou gênant lorsqu'il n'est pas initié par eux. Le contact physique surtout, mais le contact visuel peut l'être aussi. Ce sont des personnes qui paraissent excessivement timides, effacées, qui peuvent parler d'une voix faible, ou dont le visage est peu ou faiblement expressif. Pour ces personnes, la prise d'empreintes, ou les travaux en bouche, peuvent être une torture, au point de déclencher une véritable réaction de panique.

Les réflexes de Fouissement et de Succion, sont susceptibles de participer à l'immaturité des fonctions oro-faciales de mastication, de déglutition et de ventilation. De plus, le besoin de se toucher les joues et les lèvres, ou de mâchouiller quelque chose, constitue un facteur infectieux.

Le Réflexe de Babkin, peut être à l'origine du bruxisme, ou de serrement plus ou moins permanent des mâchoires (sous stress, par exemple).

Avec d'autres réflexes comme le Moro, ils peuvent maintenir une forme d'immaturité émotionnelle générale, qui s'exprime dans des comportements comme le prolongement de la succion du pouce, par exemple.


Le Réflexe de Retrait (ou Réflexe de Paralysie par la Peur)

La personne est allongée horizontalement sur le dos, les bras fléchis et ramenés au dessus des épaules, les mains à peu près à hauteur des oreilles.

Placer une main au niveau du sternum et frapper un seul coup bref de l'index et du majeur sur le dos de votre main (jamais directement le sternum !). Puis bilatéralement et en même temps, comme suit : l'articulation des épaules, les triceps (sous les bras), les coudes, les épines iliaques antérieures, l'insertion haute du tenseur du fascia lata (niveau des hanches), le centre de la voûte plantaire.

Réactions significatives d'un Réflexe de Retrait mal intégré :

  • Les signes de figement : La personne se raidit, fige son regard et cesse de ciller des yeux, retient sa respiration, voire se relève et ne peut avancer.
  • Les signes de combat ou de fuite : La personne a le regard fuyant, serre les poings, se mordille ou serre les lèvres, fléchit les orteils, voire se lève et avance avec des grands pas sans vraiment se préoccuper de ce qu'elle est en train de faire.
  • Les signes de malaise : La personne sourit ou rit pour détourner l'attention, elle fait des mimiques, dit ne pas trop aimer ce que vous lui faites.
  • La personne vous semble se retenir de réagir. Vous lui demandez si elle sent juste vos tapotements, ou si c'est stressant, ou désagréable. Si elle vous répond que c'est stressant, ou désagréable, ou montre de la gêne, le réflexe n'est pas intégré.

Le Réflexe de Fouissement

Glisser légèrement le bout du l'auriculaire sur la joue, de part et d'autres, de l'oreille vers le coin des lèvres.

Réactions significatives d'un Réflexe de Fouissement mal intégré :

  • La personne tourne le visage ou fait un mouvement de la bouche vers votre doigt (très mal intégré).
  • La personne dit que ça la chatouille au point qu'elle a envie de frotter (imparfaitement intégré).

Le Réflexe de Succion

Glisser légèrement le bout du l'auriculaire plusieurs fois sur les deux lèvres, au centre, de haut en bas.

Réactions significatives d'un Réflexe de Succion mal intégré :

  • ·Vous observez des mouvements des lèvres (très mal intégré).
  • La personne dit que ça la chatouille au point qu'elle a envie de frotter (imparfaitement intégré). 

Le Réflexe de Babkin

La personne est debout. Vous lui prenez les deux mains, paumes vers le haut, et vous pressez assez fermement et en même temps, le centre des deux paumes avec les pouces. Maintenez la pression quelques secondes, relâchez et recommencez. Demandez à la personne si à chaque fois que vous pressez, elle ressent l'envie de serrer les dents, ou si ses masséters se contractent. Si la réponse est négative, demandez à la personne si elle ressent quelque chose de spécial dans les bras, dans les jambes, ou dans les pieds. La réaction doit systématiquement apparaître quand vous pressez la paume des mains, et disparaître quand vous relâchez. Vous pouvez donc stimuler le réflexe une bonne dizaine de fois, des deux côtés en même, puis une seule main, puis l'autre...

Réactions significatives d'un Réflexe de Babkin mal intégré :

  • La personne vous dit que ses dents ou ses mâchoires se serrent, ou qu'elles ont envie de se serrer. Lui demander de situer sa sensation sur une échelle entre zéro (aucune sensation) et dix (les dents se serrent réellement).
  • Toute sensation rapportée par le patient autre que la pression des paumes, et qui lui semble de déclencher dans son corps, dès que vous pressez une ou les deux mains. Bien souvent, ce sont des sensations de contraction dans les bras, dans les avant bras, ou dans les épaules, des deux côtés, ou d'un seul côté seulement.
  • Observez également la personne, car elle peut éventuellement basculer systématiquement vers l'arrière ou d'un côté, ou fléchir systématiquement un genou, sans s'en rendre compte.